En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de nos cookies En savoir plus. Fermer

Catégories

Notre Huile dOlive Certifie

 

L’hiver, l’avent et le Noël provençal :
Giono avait tout compris, ce ne sont pas que les 13 desserts !  « Les matins gèlent. Un sel saupoudre les herbes et aplatit les eaux… l’hiver tombe comme le soir. Poules et gens, les souris et les hommes, rentrent dans les maisons… on joue avec l’air vierge, le soleil, l’azur et l’espace… on s’en va dans une sorte de rêve, vers un besoin de pureté, d’espace et de discipline. On quitte les hommes. On monte vers les hauteurs apaisantes. Le silence se fait encore plus parfait. Et plus parfaite encore est la solitude. On va se chercher soi-même loin des civilisations et des points communs dans des profondeurs personnelles. » Jean GIONO, Provence

Dans notre société hyperactive il nous est bien difficile de respecter ce temps d’hiver et d’être en harmonie avec la léthargie de la nature.
Regardons le hérisson : il hiberne en rond, protégé de ses épines, sa température descend à 3°, son cœur passe de 180 à 8 pulsations par minutes, sa respiration de 50 à 4 par minutes et il se réveille une fois par semaine pour évacuer les toxines métaboliques!
Nous n’avons pas ses facultés d’adaptation mais avons tout à gagner à harmoniser notre énergie avec les saisons.
En occident par nos cultures, nos religions et nos traditions nous avons organisé ce temps d’hiver.
Les calendriers laïque et chrétien entremêlés nous rappellent : A la Toussaint on pense aux morts de l’année. C’est le premier temps de replis, la place aux émotions, aux deuils.
On « liquide » les chagrins avec la fin de l’automne, saison mélancolique. On exorcise avec Halloween.
L’avent commence fin novembre (adventum : l’arrivée) 4 dimanches avant Noël, les jours raccourcissent jusqu’au solstice d’hiver du 21 décembre, et dure jusqu’à Noël, arrivée de Jésus.
On pense à St Jean-Baptiste, le précurseur qui baptisait dans l’eau.
L’eau c’est l’énergie de l’hiver. Ce temps de diminution des jours, de simplicité dans l’alimentation est temps d’attente.
Le temps de l’avent, c’est le temps où il faut prendre son mal en patience en sachant qu’un mois plus tard ce sera la Noël.

Au-delà de la croyance purement religieuse et chrétienne, la symbolique portée par le calendrier solaire, en harmonie avec l’énergétique chinoise nous appelle à diminuer l’agitation pour la mise au repos. Simplifier l’alimentation avant les festivités, lâcher nos certitudes pour accueillir des idées nouvelles. Au-delà des différences, des disputes de l’année, refaire le calme pour la tendresse et l’intimité avec les proches…Préparer avec joie les recettes spéciales et une part de plus au repas de Noël pour l’étranger qui pourrait venir… Laisser la place à l’enfant en chacun de nous qui simplement croit à la magie de Noël. Nous vous souhaitons un beau Noël de Tendresse et de Joie.
Dans l’étude des saisons selon les lois énergétique l’élément « eau » est associé à l’hiver. L’eau, épousant parfaitement les formes, possède une grande faculté d’adaptation et un grand pouvoir de pénétration et d’érosion. Sa puissance s’apparente à la force vitale de la graine enfouie dans la terre en hiver. Sous le sol gelé de janvier la mort n’est qu’apparente.  Le ciel et la terre ne communiquent plus, la terre et ses énergies travaillent en profondeur.
Le « Yin » est à son maximum, comme les nuits et la couleur noire. Il est temps de nous reposer de restaurer nos forces pour le cycle suivant, le printemps.  La force d’expansion ne peut croître que supportée par un phénomène de concentration préalable. Exigence d’alternance sans quoi l’humain n’agit plus, il résiste et lutte. La volonté et la détermination sont, il est vrai, des qualités vives en hiver et permettent de résister.
L’inactivité, ou la non-productivité, ne doit pas vous culpabiliser. Acceptez la fatigue et, telle l’eau dans le vase, adaptez-vous. Cette orientation délibérée vers le repos entretient nos forces vitales thésaurisées par les reins. L’énergie des reins et de la vessie s’affaiblit vite sous l’effet du froid, il est donc important de garder la tête, les mains, les pieds et la taille au chaud pour « avoir les reins solides ».
La déficience des reins engendre des douleurs lombaires et de genoux, lumbagos, sciatiques et problèmes urinaires.
Il est nécessaire de boire entre les repas et non le soir. Les reins c’est aussi « l’essence vitale prénatale » qui décroît au fil de la vie. Il faut donc ménager sa monture pour garder des os solides. La chute prématurée des dents ou des cheveux est souvent une faiblesse anormale. Une grande peur (émotion liée aux reins) peut faire blanchir les cheveux. L’activité sexuelle peut aussi se tempérer en cette saison.
L’hiver nous invite au silence. Evitez le bruit et nourrissez-vous de chants et musiques relaxants. La pratique de danses traditionnelles nous invite à frapper le sol à chaque pas : très bons stimuli du méridien du rein (point 1), hasard ?
La station debout renforce les reins mais piétiner fatigue alors évitez de multiplier les journées de courses dans les magasins. Les exercices d’équilibre sur chaque pied, le corps bien dans son axe, yeux ouverts, yeux fermés, nourrissent l’équilibre, la verticalité et « le juste milieu ». L’harmonie du yin et du yang, du corps et de l’esprit se nourrit aussi par la concentration de l ‘énergie au Tan T’ien : le Hara (centre du bas ventre, région de l’assise de l’humain verticalisé). Cela s’apprends par le Qi Cong, le Taïchi ou la méditation Zen.
N’hésitez pas chaque matin à pratiquer des appuis sur la plante du pied, les équilibres d’un pied sur l’autre, des étirements du dos et de l’arrière des jambes. La respiration abdominale renforce le Hara et les reins, inspirez dans le bas ventre et les reins.
La saveur est le Salé. Consommez les légumes racines, les noix, les algues, le sarrasin, le riz, les pommes, les fruits secs et pour certains les « fruits de la mer ». On peut garder des aliments crus et « vivants » mais attention aux plats froids. Les excès de boissons sont à éviter ainsi que la saveur sucrée, trop présente toute l’année en occident. Garder ces plaisirs pour les repas de fêtes. N’oubliez pas, l’hiver n’est qu’une mort apparente, l’occasion de travailler la confiance dans l’avenir. Surtout ne pas nourrir la peur mais la confiance en soi par ce temps de travail personnel.
Bel hiver à vous !
C’est le moment pour améliorer les défenses et stimuler le système immunitaire… Actualités et conseils pratiques.
L’hiver est la saison ou chacun a besoin de plus d’énergie pour faire face aux froids, parfois humides et aux présences de bactéries et virus sur les lieux de concentration humaine (transports en commun, travail collectif, écoles…). Certains ont besoin de plus de sommeil, d’une alimentation plus calorique et chacun de prendre soin de son immunité. Cette période de temps intérieur peut nous permettre de réfléchir au sens et symboles de l’immunité, la construction du Soi, ses perturbations avec les allergies et maladies auto-immunes (cf. article de Caroline Jolivot dans « Biocontact » de décembre 2005, article d’Olivier Soulier et « Le symbolisme du corps humain » d’Annick de Souzenelle).
Concrètement pour renforcer le système immunitaire, il faut accélérer ou faciliter une ou plusieurs étapes du processus de défense et, durant les états d’alerte maximum, le maintenir dans les meilleures conditions. Un système immunitaire en bon état est la meilleure protection contre la maladie, elle est souvent la révélation d’une faiblesse ou d’une surcharge : « c’est le terrain qui compte ».  L’organisme est structuré pour résister aux intrus. Les macrophages attaquent la cellule pathogène, les lymphocytes T recherchent les antigènes étrangers, synthèse des lymphokines, les lymphocytes B détruisent les cellules et déversent des anticorps, enfin les cellules tueuses T détruisent les débris d’agents pathogènes dans les macrophages. Ce système est non spécifique par les macrophages et spécifiques par les Lymphocytes B. S’il peut reconnaître une infection déjà traitée il est efficace en quelques minutes. D’où l’intérêt des petites attaques de début de saison qui construisent l’immunité de l’hiver et des maladies infantiles, l’immunité de l’enfant. Un organisme en mauvais état général, mal nourri, fatigué, stressé ou déprimé, peut même renoncer à sa mission de défense s’il est trop sollicité ou s’il ne reçoit aucun soutien. Il est intéressant de connaître les agents que la nature met à notre disposition pour nous aider. Les plantes sont immunostimulantes ou immunomodulatrices différemment selon les extraits et galénique. Elles sont toutes adaptogènes : adapte l’organisme au stress.
Les plus efficaces en extraits totaux et teintures mères (TM) : ECHINACEA, ELEUTHEROCOCCUS, PANAXGINSENG, EUPATORIUMPERFORATUM, THUYAOCCIDENTALIS, BAPTISIA TINCTORIA, LENTINUS EDODES (SHITAKE), UNCARIA FOMENTOSA (Griffe du chat), PLANTAGO.
• Utilisation pratique des teintures mères : 10 à 20 gouttes x 3 f/jour dans de l’eau. Contient 66% d’alcool. Les « plantes totales » en poudre ou en suspension intégrale contiennent des polysaccharides, hydrosolubles qui sont immunomodulateurs. Leurs actions sont multiples sur les intestins, le sang, les organes cibles (ORL, Poumons). Les teintures mères ne contiennent pas ces molécules mais d’autres agents actifs solubles dans l’alcool. Ces galéniques donnent une action globale sur tout le système alors que les « huiles essentielles » agissent sur une partie de l’immunité. La démonstration scientifique est délicate mais l’effectivité clinique est démontrée, l’organisme se défend mieux. Les plus efficaces en Huiles Essentielles (HE) : EUCALYPTUS (il a une action immunostimulante globale), PIN SYLVESTRE, MELALEUCA (TEA TREE), CANELLE,RAVINTSARA.
• Utilisation pratique des huiles essentielles en interne pour un traitement anti-infectieux puissant :   Pour un adulte, 6 gouttes/jour (3g x 2f/j), Pour les 8 / 15 ans, posologie de moitié. Interdit en interne avant 6-7ans.     Pour une bonne tolérance dans la bouche : diluer dans ½ C. à soupe d’une huile végétale, laisser en bouche sous la langue avant d’avaler. Le modèle de l’ECHINACEA a été bien étudié, même la teinture mère qui ne contient pas de polysaccharides (qui sont dans la racine et hydrosolubles) est bien efficace grâce aux agents actifs de la partie aérienne de la plante qui sont solubles dans l’alcool. Elle est immunostimulante, agit sur la prolifération des virus et ne présente pas de toxicité. Son action est démontrée sur les pathologies bactériennes et viral ORL et broncho-pulmonaire.    Le GINSENG contient des polysaccharides et des saponosides dans les extraits secs dissout dans l’eau (pas dans les TM) (1) La PROPOLIS a une action reconnue sur le système immunitaire non spécifique et spécifique par la présence de flavonoïdes (et 150 substances différentes) et présente très rarement des allergies. Elle présente même des propriétés anti-inflammatoires, antiallergiques et antiasthmatiques efficaces. Son action est rapidement efficace par les gommes à mâcher de propolis pure, permet une action locale et générale.       
La diffusion nocturne est intéressante dans les pathologies broncho-pulmonaires aiguës et chroniques. (2) (1) : exposé de Dr Paul Goetz, phytothérapeute, enseignant Paris XIII aux « rencontres médecines douces, hôpital Tenon octobre 2005 » (2) « La propolis » André Senne, éditions du palémon, 1999